Tout connaître sur le taux de rebond

taux-de-rebond
5 (100%) 4 votes


Le taux de rebond d’un site web (aussi appelé “bounce rate” en anglais) est un indicateur d’analyse d’audience calculé par Google Analytics.
Il mesure le pourcentage d’internautes qui sont entrés sur une page Web et qui ont quitté le site, sans consulter d’autres pages. En bref, ce sont les internautes qui n’ont vu qu’une seule page du site.

Quand est-ce qu’un utilisateur effectue un taux de rebond?

On considère qu’un visiteur effectue un rebond lorsqu’il clique sur un lien externe et qu’une fois sur votre page:
– Il a fermé l’onglet de navigation.
– Il a directement tapé une nouvelle URL dans la barre d’adresse.
– Il a cliqué sur le bouton précédent. Dans le cas où l’internaute clique sur le bouton précédent, puis qu’il sélectionne une seconde URL et qu’il y reste, nous avons à faire au “pogo-sticking”. En définitif, c’est une sorte d’analyse du taux de rebond sur les résultats de recherches.

En quoi le “pogo sticking” est-il une analyse du taux de rebond ?

  • Illustrons le pogo sticking de manière concrète:

Un internaute note un mot clé dans le moteur de recherche.

– Il clique sur un premier lien (site A): la page web sur laquelle il tombe ne correspond pas à sa recherche. Il va donc cliquer donc sur le bouton “précédent” et sera redirigé sur le moteur de recherche.
-Il clique sur le second lien (site B). Cette fois-ci le contenu du site est adapté et répond à son besoin: il reste.

Selon Bill Slawski, “un moteur de recherche pourrait garder la trace de ce type d’activité de pogo-sticking dans les données qu’il recueille et l’utiliser pour reclasser les pages qui apparaissent dans une recherche pour cette requête”. Cela revient à dire que pour Google, le comportement de l’internaute démontre que le “site A” était décevant, alors que le “site B” a répondu aux attentes du visiteur. Le “site B” sera donc valorisé par rapport au “site A”.

L’objectif de Google étant de fournir des résultats toujours plus appropriés aux internautes, il n’est pas étonnant que ce système soit utilisé comme l’un des critères de pertinence dans l’algorithme. Bien évidemment, il ne s’agit que d’un seul des 200 critères de pertinence. Gardons à l’esprit que cette analyse de vos pages web est la moyenne de la note obtenue par votre site selon ce « critère du pogo-sticking ». Ce n’est pas suffisant pour positionner les pages web, même si ce critère y participe.

  • Mesure de la moyenne de Pogo-sticking

Supposons que la portion des visiteurs qui ont cliqué sur la page “Pogo Sticking – Définition 1” et l’ont quitté en 5 secondes au maximum (l’ont Pogo Stické) est A %

La portion des visiteurs qui ont quitté le résultat “Pogo sticking – Définition 2” au bout de 5 secondes est B%

La portion des visiteurs qui ont quitté le résultat “Pogo sticking – Définition 3” au bout de 5 secondes est C%

La moyenne sera M = ( A + B + C ) / 3

M % désigne le taux de Pogo Sticking moyen.

  • Interprétons la moyenne de Pogo-sticking

Si votre taux de Pogo-Sticking est sensiblement égal à M, alors votre position ne sera pas altérée.Si votre taux de Pogo-Sticking est supérieur à M, alors votre position va probablement chuter.Si votre taux de Pogo-Sticking est inférieur à M, alors votre position va probablement augmenter.

  • Sur quoi se base Google pour identifier le Pogo-Sticking?

Google bénéficie d’un critère sans doute plus fiable que cette moyenne, afin d’identifier le pogo-sticking.Il peut par exemple comparer la note à celle obtenue par des sites similaires (par exemple ceux visités par les mêmes internautes).Si Google associe votre note de “pogo-sticking” à la mesure du temps passé sur les pages ou la durée de visite, il peut affiner et disposer d’un critère qui semble intéressant pour évaluer la qualité perçue par les internautes.

Les avis sont controversés concernant l’importance du Pogo-Sticking. John Mueller de Google a révélé en Juillet 2018 qu’un comportement d’utilisateur connu sous le nom de pogo-sticking n’est pas un signal quand il s’agit de classement des résultats de recherche.

Les agences de référencement et les dinosaures du SEO affirment le contraire.

L’idéal serait tout de même de garder vos utilisateurs sur votre site (que ce soit un critère de recherche, ou pas.)

  • Puis-je identifier et résoudre par moi-même mes problèmes de pogo-sticking?

Identifier le pogo-sticking peut s’avérer long et difficile.L’idée est d’utiliser Google Analytics afin de pouvoir comparer entre-elles les pages de votre site ayant un fort taux de rebond et une faible durée de visite. Le mieux est ensuite de filtrer vos pages selon la source en privilégiant les résultats naturels.Si vous semblez avoir un problème de pogo-sticking sur certaines pages web vis-à-vis des requêtes ciblées:

– Vérifiez que le contenu des pages répond réellement à ce que recherche l’internaute. La landing page doit être pertinente pour l’utilisateur en lui apportant une vraie réponse à sa question.

– L’autre élément à prendre en compte est la vitesse de téléchargement de votre page. Si celle-ci prend du temps à s’afficher, il est possible que les internautes soient susceptibles de la quitter avant même que le contenu d’affiche.

– Faites attention à votre UX. L’interface utilisateur doit être simple d’utilisation, intuitive et esthétique, notamment sur le mobile. Votre site doit bien-évidemment être mobile-friendly. Evitez la présence d’éléments gênant l’expérience utilisateurs (pop-up, publicités). Un contenu trop spammy peut faire fuir l’utilisateur.

– Ne ciblez pas des termes qui ne sont pas pertinents ou trop génériques. Le contenu pourrait ne pas correspondre à la requête de l’internaute.

Pourquoi le taux de rebond est-il intéressant?

Cet indicateur permet de juger de la qualité de votre trafic et surtout de votre contenu. Si l’utilisateur quitte votre page, est-ce parce que vos produits ou votre contenu ne l’intéressent pas ? A-t’il obtenu la réponse qu’il cherchait ?

Dans de rares exceptions, un taux de rebond élevé n’est pas alarmant.Affirmer que “un taux de rebond qui excède 50% est forcément mauvais signe”, est pour le moins péremptoire. Il faut prendre en compte le type de site, sa thématique du site et son but…Par exemple un dictionnaire, ou un annuaire aura un taux de rebond élevé: Les internautes chercheront un numéro de téléphone mais n’auront aucun intérêt à visiter les autres pages du site.

Ceci étant, il est vrai que dans la grande majorité des cas, un taux de rebond supérieur à 50% est problématique.

Dans le cas des campagnes SEO, un taux de rebond révèle que vous ne répondez pas à la requête de l’internaute. C’est un très mauvais signe pour l’algorithme de Google. Si votre site génère des clics mais que vos visiteurs appuis sur le bouton retour, cela indique à Google que votre page n’est pas pertinente pour la recherche et vous risquez de perdre des positions dans la page de résultat

Qu’est ce qu’un bon taux de rebond?

Même s’il faut faire attention à la thématique de votre site, nous pouvons établir une généralité concernant les résultats du taux de rebond.

0% : Atteindre un taux de rebond de 0% est impossible, si vos rapports Google Analytics indique un tel taux de rebond c’est qu’il y a un problème au niveau de votre intégration de Google Analytics. Dans ce cas, téléchargez immédiatement le Google Tag Assistant et corriger le problème.

Inférieur à 25% : A moins que votre trafic soit très faible, il y a de forte chance qu’il y ait un problème au niveau de votre intégration de Google Analytics là aussi.

Entre 26% et 40% : Votre site est très performant, essayez de maintenir ce taux.

Entre 41% et 55% : Votre site se situe dans la moyenne, il n’y a rien d’alarmant. Cependant vous pouvez essayer d’intégrer les suggestions ci-dessous afin d’améliorer encore votre taux de rebond.

Supérieur à 55 % : Votre site a besoin d’être optimisé.

Comment diminuer un taux de rebond?

Améliorez les premiers instants sur le site. Les moteurs de recherche fournissent aux internautes une multitude de sites, c’est pourquoi il devient de plus en plus difficile de retenir leur attention. Les visiteurs décident de la pertinence d’un site en quelques secondes. Si vous voulez qu’ils restent plus longtemps, évitez les éléments qui peuvent perturber l’expérience utilisateur. (Supprimez les éléments bloquants comme les pop-up intrusifs par exemple. Améliorer la vitesse de votre site.)

Optimisez l’ergonomie de votre site Un site web bien optimisé du point de vue de l’ergonomie doit être agréable à l’oeil, avoir une structure bien organisée et offrir une navigation facile. Respecter ces critères est essentiel pour conserver ses visiteurs. (Soyez responsive! )

N’insérez pas trop de liens externes. Ils attirent l’attention des internautes alors que vous devriez mettre l’accent sur votre contenu. Il n’est pas interdit d’en ajouter quelques-uns, mais veillez à toujours les programmer pour s’ouvrir dans un nouvel onglet ! Ainsi, les visiteurs ne seront pas redirigés hors de votre site.

Améliorez la qualité et la pertinence des contenus. Publiez des contenus utiles avec une vraie valeur ajoutée pour que les visiteurs aient envie d’en consulter plus. Choisissez les sujets qui correspondent aux besoins de vos utilisateurs et proposez des solutions à des problèmes précis.(Vérifiez les balises title et meta description, évitez de placer des backlinks sur des sites dont la thématique ne coïncide pas avec la vôtre,promotion cohérente sur les réseaux sociaux).

Préférez des mots-clés de « longue traîne » pour votre SEO. On l’a vu, les mots-clés trop généraux vous pénalisent ! Lors de l’optimisation de vos pages web, privilégiez donc des mots-clés plus spécifiques. Ceux-ci sont moins recherchés, mais vous êtes au moins sûrs que votre contenu sera en adéquation avec les recherches faites par vos visiteurs. Pour effectuer des analyses comparatives du nombre de recherches par mot-clé, rendez-vous sur Google Analytics.

Incitez à la navigation en travaillant vos call-to-actions. Si vous incitez vos utilisateurs à visiter d’autres pages de votre site, cela leur permettera de naviguer plus longtemps sur vos différents contenus.Insétez des liens dans vos articles (menant vers des articles complémentaires, des formulaires…).N’hésitez pas à avoir des call-to-action impactants dans la side bar, des bannières, ou encore des rubriques de couleur pour attirer l’œil dans vos menus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *